Voyages

Quand la protection des rhinocéros profite à tous

Désolée pour mon long silence, c’est que je suis en voyage au Kenya actuellement. Des amis travaillant pour la fondation Ol Jogi nous ont invité Laurent et moi à venir leur rendre visite pendant trois semaines.
Nous sommes arrivés dans un cadre naturel magnifique, où nous avons pu nous connecter à une nature différente de ce dont nous avons l’habitude en France et surtout nous avons vécu des expériences riches et profondes que ce soit avec les animaux ou les Hommes rencontrés ici.

Pendant que Laurent travaillait au jardin, j’ai vécu de très belles expériences avec les animaux. Je me suis vraiment sentie en communion avec eux (mis à part ce moment où un singe m’a tiré les cheveux, j’avoue, j’ai manqué de vigilance 😉 ). Quels moments magiques cela a été d’observer les éléphants dès mon arrivée ; regarder les girafes boire à la marre en écartant leurs pattes maladroitement ; donner le biberon et le bain de boue à un bébé rhinocéros noir qui a été sauvé de sa cécité et pourra retourner à la vie sauvage d’ici 2 à 3 ans ; voir une centaine de buffles se baigner ; observer les oiseaux multicolores et les hyrax… (voir photos ci-dessus)

Ol Jogi est un vrai havre de paix pour les animaux sauvages qui vivent ici nombreux, car ils profitent de conditions idéales et surtout d’un service de sécurité.
Un service de sécurité ?! Oui, car Ol Jogi est une réserve naturelle privée dont la mission numéro 1 est la sauvegarde des rhinocéros blancs et noirs. Une espèce très menacée du fait du braconnage pour leurs cornes qui se vendent à plus de 50 000 $ le kilo. Allez comprendre pourquoi les Chinois préfèrent prendre de la poudre de corne plutôt que du Viagra ?! Toujours est-il que les tentatives de braconnage sont régulières et qu’un service de sécurité musclé assure la protection des rhinocéros en premier lieu et par extension des autres animaux aussi. Bah oui, quand une braconnier se pointe, on ne sait pas ce qu’il veut, alors il se fait virer quoi qu’il arrive. Les éléphants, zèbres, girafes, buffles, etc. l’ont bien compris et bien qu’ils soient libres d’aller et venir, on dirait qu’ils aiment bien rester sur Ol Jogi. Ici les choses sont organisées pour qu’il y ait toujours un minimum d’eau en saison sèche avec plus de 60 points d’eau plus ou moins important.

Au début j’étais un peu interloquée qu’une aussi énorme logistique soit mise en place autour de la seule sauvegarde des rhinocéros. Puis j’ai rapidement découvert qu’en fait Ol Jogi offrait également :

  • une éducation aux 300 enfants de leurs employés, une éducation supérieure à la moyenne au Kenya.
  • des cours du soir aux salariés qui souhaitent apprendre à lire et écrire.
  • une prévention de santé avec un dispensaire, suivi de grossesse et post-accouchement, accès à la contraception, etc.
  • un sanctuaire d’animaux (qui sont en cours de réintroduction ou qui ne peuvent plus l’être) est aussi ouvert aux enfants des autres écoles kényanes pour les sensibiliser à la protection animale et aux enjeux de la biodiversité. Ce sanctuaire est visité par près de 10 000 enfants chaque année.
  • et plus encore… lire ici en anglais, sorry.

Vous aurez compris que les employés ont le droit de vivre sur place avec leur famille, ce qui n’est généralement pas le cas dans les autres réserves naturelles. Au total, c’est environ un millier de personnes qui vivent ici.

Quand je vois tout cela, je me dis : “C’est ENOOOOORME !”. 
En effet ça l’est, et encore, je ne vois que la partie émergée de l’iceberg. Finalement, la protection des rhinocéros profite à tous chez Ol Jogi 🙂

Et vous, quelle cause vous touche particulièrement ?

3 Commentaires

  • Reply Fanou 30 mars 2017 at 10 h 48 min

    Quelle belle symbiose entre l’humain, les animaux et leur terre.

  • Reply Meneghini 29 mars 2017 at 18 h 26 min

    Magnifique expérience que ce voyage dans cette réserve privée ! La chance !
    Savais-tu qu’un rhinocéros blanc de 4 ans, prénommé Vince, été tué de 3 balles pour sa corne au zoo de Thoiry il y a quelques semaines ? C’est la premiere fois que cela arrivait dans un zoo européen ! Le pauvre était dans ce zoo depuis à peine 2 ans..
    Plein de bises !! (Et pense à t’arracher les cheveux !!😊)

    • Reply Nathalie 30 mars 2017 at 10 h 30 min

      Coucou Sandra,
      Oui j’ai entendu dire pour Vince avant de partir pour la Kenya. J’étais assez choquée d’apprendre que les braconniers venaient jusque dans les zoos maintenant :-/ parfois j’ai vraiment l’impression que la bêtise de certains n’a pas de limites. Heureusement que d’autres sont là pour rétablir l’équilibre. Bises

    Un petit mot ?